Pierre Rabuel Rencontre

pierre rabuel rencontre Pierre Rabuel est un écrivain hors du commun.Je n’avais pas beaucoup lu sur lui avant de tomber sur ce livre et j’ai adoré.C’était une lecture rapide et facile, pas de véritable tissage entre l’intrigue et le développement du personnage et j’ai adoré les petites vignettes pittoresques qui composaient la majorité du livre.Je pense que la raison pour laquelle j’ai tant apprécié le livre était qu’il y avait une sorte d’élément fantastique et que ce genre de fantaisie semble convenir parfaitement aux écrivains.En fait, à mon avis, c’est l’écriture qui m’a convaincu et m’a permis de lire pendant ce qui m’a semblé être une éternité.

Le scénario tourne autour d’une jeune fille appelée Rhapsody, qui vit dans un petit village français avec sa sœur, Leona.Leona est tombée amoureuse d’un homme du nom d’Alexandre qui est venu en ville pour l’épouser mais il rentre chez lui pour retrouver sa femme bien-aimée.La vie du couple est bouleversée lorsque leur fille tombe malade et en désespoir de cause quitte le village pour chercher l’aide d’un Dr Prospero qui lui prescrit une potion qui prolongera sa vie.Ayant entendu parler de telles potions ayant des effets secondaires étranges, Leona et Alexandre partent à la recherche des ingrédients afin de créer l’élixir parfait mais malheureusement, les choses tournent mal et ils sont obligés d’abandonner le dangereux élixir.

Ce qui suit est une aventure folle et incroyable où le couple doit sauver le monde tout en combattant des monstres, des êtres étranges et même contre le temps lui-même!Même si j’ai ri aux éclats de certaines des descriptions, j’ai eu le sentiment que certaines des descriptions auraient pu être omises si le livre avait été plus long ou avait été rédigé sous une forme plus courte.Cependant, je dois dire que j’ai trouvé le livre trop imaginatif et qu’il y avait des moments où des éléments de vérité auraient pu être passés sous silence.Pourtant, j’ai trouvé l’histoire captivante et les personnages très sympathiques, c’est peut-être pourquoi je me suis retrouvé à la relire …