Les Prostituées Ivoiriennes

Il ne fait aucun doute que l’actuel gouvernement ivoirien fait tout ce qu’il peut pour mettre un terme à la demande galopante de prostituées nigérianes et indiennes dans ce pays. En effet, avec l’avènement des vols moins chers à destination de Lagos, certains criminels entreprenants se sont lancés dans l’entreprise et ont fait un bon profit grâce à des jeunes femmes sans méfiance, naïves et innocentes de ce dans quoi elles s’engagent. La solution à ce problème apparemment grave consiste à appliquer un salaire minimum légèrement plus élevé pour toutes les formes de travail dans les limites de la ville. Cela inclurait ceux de l’étranger, en particulier ceux du Nigéria et de l’Inde. Ce n’est peut-être pas la solution immédiate à laquelle beaucoup s’attendent, mais c’est certainement un pas dans la bonne direction.

Les autorités ont un outil à leur disposition pour réprimer le nombre croissant de putes dans la ville. Ils peuvent ordonner leur arrestation par téléphone, ce qui est actuellement illégal dans la plupart des États américains, à l’exception du New Hampshire. Cependant, en vertu des lois fédérales et étatiques existantes, les personnes reconnues coupables de gestion de bordels peuvent être emprisonnées jusqu’à 15 ans. On se demande si cela serait un moyen de dissuasion suffisant pour ceux qui pensent encore que la gestion de bordels est légale en Ivoirien et dans d’autres pays africains. Certains responsables estiment que l’augmentation des amendes qui seront appliquées aux personnes reconnues coupables d’avoir exploité un bordel illégal est suffisante pour dissuader les contrevenants potentiels.

Peut-être que la seule façon de mettre en place une stratégie d’application plus stricte en Côte d’Ivoire est les prochaines élections législatives. La plupart des responsables s’attendent à ce qu’il y ait plusieurs parties qui formeront une alliance pour soutenir leurs objectifs de légalisation du commerce afin de gagner de l’argent grâce au commerce, soutenant ainsi des salaires minimums plus élevés et augmentant la présence policière pour lutter contre la détérioration des conditions de la prostitution actuelle. Commerce. Il est possible que l’une de ces parties forme une partie inclusive qui cherchera à mettre en œuvre un système d’imposition directe afin de financer les services publics. Cela renforcerait sans aucun doute le problème actuel et peut-être même réduirait le nombre de jeunes prostituées dans les rues. les prostituées ivoiriennes