Femme Arles

“The Devil’s Advocate”, une nouvelle d’Anne Enright, est une lecture pleine de suspense, avec une fin choquante et extrêmement satisfaisante. Il y a beaucoup de spéculations, d’intrigues et d’actions dans cette histoire, et tout commence lorsqu’un homme de Larchmont décide de rencontrer une femme nommée Alice Arles dans un restaurant chic. Cependant, Alice a un programme très différent, ce qui amène les deux hommes à ne pas s’entendre sur la bonne marche à suivre. Finalement, Alice se retourne contre son amant et s’enfuit, mais elle laisse derrière elle quelques papiers, qui contiennent un code mystérieux que l’homme doit déchiffrer.

Lorsque le code est déchiffré, Alice devient l’avocate du diable, et le lecteur découvre rapidement pourquoi elle fait ce qu’elle fait. Les intentions d’Alice sont de donner une mauvaise image à son amant, de le faire paraître coupable, puis de le tuer. En tant que lecteur, vous vous demandez qui ou ce qu’est réellement Alice Arles, et comment elle peut être dangereuse. Il y a beaucoup d’indices éparpillés tout au long de l’histoire, et il est facile de perdre la trace de l’histoire dans le chaos qui se produit à Larchmont. L’histoire est divisée en sept chapitres, chacun se concentrant sur un aspect du passé d’Alice, mais la fin est si choquante et satisfaisante qu’elle vous fait souhaiter que tout le livre ait été publié en un seul volume. Même si seule une partie du livre était disponible à l’achat au moment de sa publication, je suis sûr que beaucoup de gens l’auraient voulu, car il est absolument captivant.

En fait, j’ai lu tout le roman en une seule journée et je ne pouvais pas m’arrêter de lire. Le suspense, l’intrigue et le mystère de la fin suffisent à me faire pleurer à plusieurs reprises, mais c’est ça le suspense. Ce livre en vaut la peine et vous voudrez probablement vous asseoir et le relire avant de vous coucher. Si vous ne l’avez pas lu, je le recommande vivement. Après tout, je n’étais pas le seul à avoir eu du mal à comprendre cette histoire, même après l’avoir lue plusieurs fois. On ne sait pas si Alice Arles vous inspirera à devenir l’avocat du diable dans la vraie vie, mais pour un frisson rapide et un scénario intrigant, vous ne vous tromperez pas. Le livre a été publié en 2007, et je suis sûr que vous êtes heureux de l’avoir lu. femme arles